Programme de Formation « QUALIFICATION EN SOUDURE TIG-MIG-MAG HLO 45 »

Formation Modulaire / Théorique & Pratique

Nombre de participants maximum => 6

Durée => selon niveau initial des stagiaires

Image

———————————————————
Le soudage TIG est un procédé de soudage à l’arc avec une électrode non fusible. TIG est un acronyme de Tungsten Inert Gas où Tungsten (tungstène) désigne l’électrode et Inert Gas (Gaz inerte) désigne le type de gaz plasmagène utilisé. L’arc se crée entre l’électrode réfractaire (- du générateur) et lapièce (+ du générateur) sous un flux gazeux. De façon générale, il s’agit d’un gaz ou d’un mélange de gaz rares.

Le soudage MIG-MAG ou encore GMAW selon les normes américaines, est un procédé de soudage semi-automatique. La fusion des métaux est obtenue par l’énergie calorifique dégagée par un arc électrique qui éclate dans une atmosphère de protection entre un fil électrode fusible et les pièces à assembler.
Les acronymes MIG et MAG signifient respectivement Metal inert gas et Metal active gas. La différence entre les deux procédés tient à la composition du gaz. Le procédé MIG utilise un gaz neutre qui ne réagit pas avec le métal fondu (argon ou argon + hélium), contrairement au procédé MAG (mélange d’argon avec du dioxyde de carbone et de l’hydrogène en proportions variables selon les métaux à souder). Le gaz est injecté en continu sur l’arc afin d’isoler complètement le métal en fusion de l’air ambiant. L’atmosphère de protection diffère selon le type utilisé MIG ou MAG.
———————————————————

PRÉSENTATION DES OBJECTIFS DE FORMATION

STATISTIQUES NATIONALES DES ACCIDENTS DU TRAVAIL & MALADIES PROFESSIONNELLES

RÉGLEMENTATION

LE MÉTIER DE SOUDEUR
1 – définition du métier de Soudeur
2 – exigences du métier de Soudeur
3 – missions et responsabilité du soudeur
4 – formations théoriques et pratiques
5 – les perspectives et les débouchés
6 – la rémunération de l’inspecteur en soudage

FICHE PROFESSIONNELLE

LE MATÉRIEL UTILISE EN SOUDURE TIG-MIG-MAG

LES TECHNIQUES DE SOUDURE
1 – grands principes
2 – la soudure à l’arc
3 – le soudo-brasage à l’02
4 – la soudure au gaz
5 – la soudure de plomberie par capillarité (généralités)
6 – la brasure
7 – la soudure au chalumeau et à la lampe
8 – la soudure à l’électricité

9 – la soudure par capillarité (cuivre)
10 – l’étamage
11– les fers à souder
Image

LES RISQUES PROFESSIONNELS ET LEUR PRÉVENTION
– risques électriques
– les fumées de soudage
– les rayonnements électromagnétiques
– le risque incendie et explosion
– le risque des brûlures
– le risque auditif
– les troubles musculo-squelettiques
– la surcharge mentale
– protection du personnel contre les Ultra-violets

LE POINT DE VUE MÉDICAL
– contrôle de la santé des soudeurs
– conduite à tenir en cas d’accidents
– les lentilles de contact.

LES PROTECTIONS INDIVIDUELLES

LE CONTRÔLE PAR ESSAI NON DESTRUCTIF
1 – introduction
2 – l’évaluation des défauts de forme
3 – conditions de réalisation du contrôle visuel
4 – les différents défauts rencontrés en visuel sur bout à bout
5 – les différents défauts rencontrés en visuel sur assemblage d’angle

6 – les matériels de mesure pour évaluer les défauts de forme

7 – comment contrôler une surépaisseur excessive ou un excès de pénétration ?

ORGANISATION D’UN CHANTIER
– hiérarchisation
– coactivité
– propreté du chantier / notions d’hygiène et sécurité
– lutte contre l’incendie
– le travail en hauteur et ses dangers
– réception, contrôle, montage, démontage d’un échafaudage
– reconnaître les éléments d’un plan :
– lecture de plan (chef de chantier / chef d’équipe)
– étude cas sur plan muet
– calcul des débits de coupe
– analyse des éléments
– rappels arithmétiques
– calculs à l’aide de l’électronique

Dangers du métal :
– ébavurer les pièces / équipements de protection individuelle
– outillage de traçage : équerres, mètres, pointes à tracer…
– sécurité des outils de découpe
– le risque électrique en basse tension
– meulage en sécurité
– l’outillage portatif

Image

EXERCICES PRATIQUES
– traçage
– reconnaissance et utilisation adéquate du matériel selon le travail demandé
– tracer d’après un plan, la coupe demandée
– mise en position / Maintien en position (MIP & MAP)
– analyse de situations multiples
– maintien adéquat des pièces
– positionnement de l’opérateur en toute sécurité
– découpage
– utilisation des outils de découpe en sécurité
– soudure procédés TIG-MIG-MAG
– préparation des pièces à souder (redressage des coupes à l’équerre)
– chanfreinage suivant mode opératoire de soudage

– utilisation des principaux procédés de coupage thermique

– pointage des pièces à souder
– soudage et meulage des reprises de soudure nettoyage et autocontrôle entre chaque passe de soudure
– nettoyage final de l’ensemble soudé
– effectuer les soudures suivant un mode opératoire et un cahier des charges
– préparation à la certification multipositions HLO 45